Vous pouvez le faire !

Les mains moites. Le cœur qui accélère son rythme. La transpiration, et la chemise qui colle au cou. Le souffle court. Vous êtes sur le côté. Dans le noir. La scène est éclairée et, ça y est, le speaker a annoncé votre nom. C’est à vous de prendre la parole. Mais vous avez peur. Ça vous semble familier ?

Vous hésitez entre vous lancer et partir en courant en jetant vos feuilles froissées par l’emprise de vos doigts qui les serrent très fort. Pourquoi moi ? Je veux rentrer chez moi. Et puis tant pis !

Sacré discours !

D’après un sondage paru il y a quelques années, la peur de parler en public arrivait loin devant toutes les autres peurs.
Y compris la peur de la mort.
De la mort.

Entre se faire applaudir par une salle bienveillante et conquise qui se rend compte à quel point elle n’aimerait pas être à votre place, faire une expérience et se lancer pour partager ses idées, et mourir, la plupart des gens ont fait leur choix.

Ça pose question, mais en même temps, c’est plutôt intuitif. Parler en public ça a l’air effrayant.

Mais en réalité c’est une idée reçue !

Ce n’est pas plus effrayant que prendre l’avion, monter dans un ascenseur ou inviter une fille à sortir. Ce qui fait peur, c’est l’idée que vous vous en faites.

Tenez, je vais vous poser une question simple :
Préférez-vous être enfermés dans une cage avec des requins ou allongés au pied d’un palmier sous des noix de coco délicieuses ?

La plupart des gens, moi y compris auront une idée simple en tête : éviter le danger et les situations désagréables, et choisiront la deuxième option.

Pourtant, ce n’est pas rationnel : Chaque année en moyenne, moins de 5 personnes meurent sous les coups de dents des requins. Il paraît que la chair humaine est remplie de toxines qu’ils ont du mal à digérer. Au contraire, 150 personnes par an (c’est énorme !) meurent le crâne fendu par une noix de coco. Allongés sur une plage, ils ne sont pas attentifs et laissent pendre des masses de plusieurs kilos au dessus de leurs têtes.

L’important ce n’est pas ce que l’on croit savoir. C’est ce que l’on fait. Ce sont nos expériences personnelles. Parler en public c’est compliqué, c’est vrai. Mais si vous vous faites confiance, et que vous croyez en vous, si vous dédramatisez la situation, vous vous rendrez compte, en interrogeant toutes vos expériences passées que vous avez déjà fait beaucoup plus.

Tellement plus.

Partagez en commentaires les expériences impressionantes que vous avez pu mener à bien malgré la peur de l'inconnu !

Laissez un commentaire